Projet éolien de Boneffe suspendu (RTBF)

Source : RTBF-Info 14 août 2020

Projet éolien de la plaine de Boneffe suspendu#

Alors que les travaux viennent de commencer, Eneco va devoir arrêter la construction de ses neuf éoliennes sur la plaine de Boneffe, à cheval sur les communes d’Eghezée (province de Namur), Ramillies et Orp-Jauche (Brabant wallon). Le Conseil d’Etat vient en effet de suspendre le permis octroyé par la Région wallonne.

Fin juillet, Natagora et le comité de riverains Plaine de Vie avaient déposé deux recours contre ce permis : le premier en annulation, le second en suspension. Malgré cela, Eneco avait décidé d’entamer les travaux début août. Craignant que des dommages irréparables soient causés à l’environnement, les deux associations avaient alors introduit une demande de mesures provisoires d’extrême-urgence, assorties d’astreintes. Les astreintes n’ont pas été retenues, mais bien l’extrême-urgence : le permis est suspendu en attendant que le Conseil d’Etat statue sur le recours en annulation (ce qui devrait prendre quelques années).

Six permis et autant de recours#

Dans ce dossier initié il y a douze ans, on ne compte plus les rebondissements. Le permis qui vient d’être suspendu est le sixième délivré par la Région wallonne. Le précédent permis avait déjà été suspendu, le gouvernement wallon en avait alors délivré un nouveau afin de régulariser la situation.

Mais Natagora et Plaine de Vie maintiennent la pression et semblent avoir trouvé les arguments pour contrecarrer, pour quelques temps encore, les projets d’Eneco. Selon eux, les éoliennes de la plaine de Boneffe menacent plusieurs espèces d’oiseaux dont certaines sont protégées au niveau européen. Et l’aménagement par Eneco d’une zone de trente hectares pour favoriser la biodiversité, en compensation, est jugée très insuffisante.

Incompréhensible et kafkaïen, selon Eneco#

De son côté, Eneco ne cache pas son amertume. “La décision du Conseil d’Etat suscite l’inquiétude quant à l’avenir et les ambitions belges en énergie renouvelable, peut-on lire dans un communiqué diffusé ce samedi. Cette décision s’ajoute aux 70% de permis éoliens recalés au Conseil d’Etat”.

“Nous respectons la décision du Conseil d’Etat, nous allons sécuriser les lieux et arrêter le chantier”, explique Arnaud Janvier, responsable du développement éolien en Wallonie chez Eneco. “Mais nous ne comprenons pas cet acharnement procédurier sur ce projet. Cette nouvelle suspension du Conseil d’Etat démontre que ce dernier rentre dans des détails techniques qu’il ne maîtrise pas et on en arrive à une interprétation erronée. Plus de dix ans pour développer un projet éolien validé, à plusieurs reprises, par les experts et les autorités compétentes, c’est totalement kafkaïen. Nous comprenons l’importance de permettre aux opposants de s’exprimer et d’intenter un recours, cela a d’ailleurs fait évoluer notre projet lors des premiers recours. Mais aujourd’hui, il y a clairement de l’abus."

Réviser la procédure de recours#

Pour Eneco, une révision de la procédure de recours s’impose pour permettre l’aboutissement des projets d’infrastructure contribuant à la transition énergétique.

“D’un côté, le gouvernement et la Région demandent aux industriels de trouver des solutions pour la production d’énergies renouvelables afin de permettre à notre pays d’opérer sa transition énergétique, poursuit Arnaud Janvier. Et de l’autre, le Conseil d’Etat suspend ou annule les permis avec une facilité déconcertante. La plaine de Boneffe est une région très venteuse. A éoliennes comparables, le projet peut produire jusqu’à deux fois plus d’énergie qu’ailleurs en Wallonie. Ce projet est donc essentiel pour l’atteinte des objectifs climatiques belges."

RTBF-Info