Éoliennes et paysage

Éolien et paysage#

Convention européenne du paysage#

Convention de Florence Il existe une convention européenne du paysage, la Convention de Florence, adoptée le 20 octobre 2000 et entrée en vigueur le 1er mars 2004) qui a pour objet de promouvoir la protection, la gestion et l’aménagement des paysages européens. Dans ses recommandations, la convention précise que le paysage n’est pas qu’un objet géographique déconnecté de toute réalité sociale, mais qu’il est perçu par les populations, que ce sont elles qui l’ont façonné au cours du temps et que l’objet social du paysage ne peut pas être négligé; il faut donc prendre en compte l’avis des populations. Source

Que recouvre le terme de « paysage » selon la Convention ?#

Ronquières Le paysage est une partie de territoire, telle que perçue par les habitants du lieu ou les visiteurs, qui évolue dans le temps sous l’effet des forces naturelles et de l’action des êtres humains. La « politique du paysage » est donc l’expression de la prise de conscience par les pouvoirs publics de la nécessité de définir et mettre en œuvre une politique du paysage. Le public est invité à jouer un rôle actif dans sa protection, pour conserver et maintenir la valeur patrimoniale d’un paysage, dans sa gestion, pour accompagner les transformations induites par les nécessités économiques, sociales et environnementales, et dans son aménagement notamment pour les espaces les plus touchés par le changement, comme les zones périurbaines, industrielles ou les littoraux, notamment. Source

Identifier et protéger les paysages#

Il importe, selon les termes de la Convention, d’identifier et de qualifier les paysages grâce à des recherches menées sur le terrain par des professionnels, en y associant les populations. Chaque paysage est composé d’éléments et de structures conjuguant des formes du territoire, des systèmes de perceptions sociales et des dynamiques, naturelles, sociales et économiques qui évoluent en permanence. C’est à l’issue de ce travail de connaissance préalable que, une fois les objectifs de qualité paysagère formulés, le paysage pourra être protégé, géré ou aménagé.